Coupe des Nations : « Comme prévu » pour la Belgique

Crédit photo WWW.ZAVODMIRUU23.CZ

Crédit photo WWW.ZAVODMIRUU23.CZ

Avec la troisième place finale à la Course de la Paix de Toon Clynhens, la Belgique a bien débuté sa campagne de Coupe des Nations Espoirs. Le sélectionneur national Sven Vanthourenhout revient sur les deux premières manches pour DirectVelo.

DirectVelo : Avant la Course de la Paix, il y a eu l'Orlen Nations Grand Prix, où Dries De Pooter décroche deux Top 20. Quel bilan en fais-tu ?
Sven Vanthourenhout : Nous savions que ce serait difficile de jouer les premiers rôles. Nous avions construit essentiellement une équipe de grimpeurs. La première étape s'est jouée au sprint. Le lendemain, il y a eu des bordures. Pour Robin Orins, Toon Clynhens et Arthur De Jaeger, c'était la reprise. Ce n'est pas plus mal car ça leur a donné du rythme avant la Course de la Paix.

Trois jours plus tard, c'était la Course de la Paix, où les Belges étaient plus à leur aise.
Pour le prologue, le but était de limiter les dégâts car je savais que nous n'avions pas de coureur explosif pour ce type d'exercice. Lors de la première étape, l'objectif était de ne pas perdre de temps. Dries De Pooter a fait 6e. Le lendemain, c'était l'étape-reine, mes gars étaient un peu attendus au tournant. Ils le savaient. Il y avait quand même un peu d'attente sur leurs épaules. Filippo Zana était sur une autre planète. Derrière, Toon Clynhens fait 2e. Un résultat génial pour lui. Je me méfiais du dernier jour. A la reconnaissance, j'avais dit que c'était quand même une étape super difficile. Les Norvégiens ont fait exploser le peloton rapidement. Collectivement, nous étions encore à quatre parmi les trente. Nous avons protégé la 3e place au général de Toon Clynhens et Dries a pu faire un nouveau Top 10. Nous avons bien roulé, qui plus est, avec un groupe assez inexpérimenté.

Quel bilan global tires-tu de ces deux courses ?
Ça s'est passé comme prévu. Le gros point positif est la prestation de Toon Clynhens. L'an passé, il n'était pas suivi. Je l'ai ajouté à la liste en janvier. Il a fait des tests assez prometteurs au Ballon d'Alsace. J'étais curieux de savoir s'il était capable de convertir ses données de puissance en course et il l'a fait. Donc, je suis vraiment très satisfait. Nous avons découvert un grimpeur. Je suis également très content de voir la prestation de Dries De Pooter. C'est un coureur avec une personnalité à part. Je suis plus satisfait de voir à quel point il tient dans les bosses plutôt que ses deux Top 10 d'étape à la Course de la Paix. Arthur De Jaeger, Robin Orins et William Lecerf Junior ont vraiment bien travaillé. Le seul point négatif est la blessure de Milan Paulus. Il est tombé lors de la première étape de l'Orlen Nations Grand Prix mais la douleur est restée. Lors de l'étape-reine de la Course de la Paix, c'était de trop. Il va maintenant passer des examens pour déterminer la nature de sa blessure et la durée de son indisponibilité. 

WILLIAM JUNIOR LECERF, FUTUR MAILLOT À POIS ?

Le fait de voir un grimpeur émerger hors de l'équipe Lotto-Soudal Development Team est à signaler...
Lotto-Soudal a pour habitude de sortir les meilleurs talents mais il y a des bons coureurs un peu partout. Ce sera un peu ma vision. Je vais essayer d'avoir un rayon de prospection assez large. Ce ne sera pas toujours un succès, mais je tiens à donner leur chance à des coureurs venant d'autres équipes. Par exemple, William Junior Lecerf a vraiment les caractéristiques du pur grimpeur. Il a une excellente mentalité. Il a eu un problème mécanique lors de l'étape-reine de la Course de la Paix, sans quoi il aurait pu faire un meilleur résultat. Je suis curieux de voir ce que ça va donner dans deux ou trois ans. A terme, c'est un coureur qui peut viser une étape dans un Grand Tour ou un maillot de meilleur grimpeur.

Qu'as-tu pensé d'Arthur De Jaeger et de Robin Orins ?
Arthur vient du projet grimpeurs. Il a une excellente mentalité. Il n'avait pas encore couru en 2021. Il a mis ses ambitions de côté pour rouler pour l'équipe. Il a encore besoin de temps pour se développer. Robin Orins a un autre gabarit. Je lui avais donné la fonction de capitaine de route et il s'en est bien tiré. C'est un coureur puissant. Il a le profil d'un spécialiste de Classiques flamandes. Actuellement, il pèse 72 kilos. Je pense qu'il en prendra encore deux ou trois avec l'âge. Je me réjouis de le voir sur ces courses.

TOON CLYNHENS A UNE CHANCE D'ALLER AU TOUR DE L'AVENIR

En parlant du Tour de l'Avenir, tu dois quand même surveiller de près ce qui se passe actuellement au Tour d'Italie Espoirs.
Lennert Van Eetvelt marche bien. Je ne suis pas vraiment surpris. Je sais qu'il en a les qualités. S'il continue ainsi, il pourrait entrer en ligne de compte pour le Tour de l'Avenir. Aaron Van der Beken vit à 100% pour le vélo. Il s'est vraiment bien préparé pour ce Tour d'Italie Espoirs. Pour le moment, ses résultats sont en dents de scie. Il lui manque un petit quelque chose pour suivre les meilleurs. Il attendait plus de ce Tour d'Italie mais ce n'est pas encore terminé, il y a encore des belles étapes.

Est-ce que la Course de la Paix change la donne dans ton esprit pour les noms que tu envisageais pour le Tour de l'Avenir ?
Ça permet d'élargir la liste. J'avais des noms en tête comme Henri Vandenabeele, Stan Van Tricht, Arnaud De Lie. Maintenant, un Toon Clynhens, avec ce qu'il a montré, a une chance d'y aller, alors qu'il y a deux mois, il n'entrait pas en ligne de compte pour cette course. 

Mots-clés

En savoir plus

Portrait de Toon CLYNHENS
Portrait de Arthur DE JAEGER
Portrait de Dries DE POOTER
Portrait de William Jr LECERF
Portrait de Robin ORINS
Portrait de Milan PAULUS